House Of Cards, la série préférée de Barack Obama.

Amis sérievores – quelle drôle d’appellation – il est l’heure pour moi de vous présenter la série que vous vous devez de regarder impérativement, j’ai nommé House Of Cards !

Je ne suis pas habitué à parler de série et pour cause : je n’en regarde pas souvent. Non pas que je n’aime pas cela, mais pour se lancer dans une série il faut avoir du temps, ce que je n’ai pas forcement, surtout si je pense aux milliers de films qui figurent sur ma liste de course. Pourtant, il m’arrive de faire quelques exceptions et entre deux sagas de science fiction, je prends le temps de regarder Psych ou bien House Of Cards. Et comme le public auquel je m’adresse ne connait pas vraiment la série, et bien House Of Cards qu’est-ce que c’est ? Et surtout pourquoi regarder ?

cvip83

House of Cards (2013-today)

House Of Cards est l’adaptation d’une mini-série britannique des années 90 portant le même nom et dont les 4 uniques épisodes de 55 minutes auront eu l’honneur de tomber entre les mains d’un jeune dramaturge talentueux, Beau Willimon. Produite par David Fincher, qui réalisera les deux premiers épisodes, et par Kevin Spacey qui tient le rôle principal, House Of Cards raconte l’histoire de Frank Underwood, whip (député haut placé) de la majorité démocrate à la chambre des représentants, qui a aidé Garett Walker a devenir président des États Unis d’Amérique en échange du poste de secrétaire d’état, promesse que le nouveau président rompt lors de son arrivée au pouvoir. Frank, sans scrupule, complote pour obtenir le rôle de vice-président en manipulant des pions stratégiques dans un échiquier politique très tendu, se servant de la vie de débauche du député Peter Russo et du talent de la journaliste Zoé Barnes pour contrôler le congrès et la presse afin d’obtenir ce qu’il souhaite. Il est secondé par sa femme Claire, avec qui ils forment un couple très fusionnel, ainsi que par Doug Stamper, son fidèle collaborateur anciennement alcoolique. Au fur et à mesure que Francis Underwood s’approche du pouvoir, les difficultés se font ressentir. Mais Frank, être froid, manipulateur, cruel et invulnérable, a toujours un coup d’avance; ne laissant aucune échappatoire à ses victimes, il brise le quatrième mur comme pour prouver qu’il ne laissera jamais croire au spectateur que son adversaire est tiré d’affaire.

cvip84

Pour l’anecdote, j’ai visité Washington : c’est une ville magnifique.

Ne vous laissez pas intimider par le pitch trop politisant pour vous, ce n’est pas le cas, encore que ce soit le contexte global de la série… Pourtant la réalisation toujours impeccable passant par Joel Schumacher et Jodie Foster après avoir débutée avec David Fincher, nous fait passer la politique américaine comme un cacheton’ de Doliprane : pas besoin d’être politicien pour comprendre les enjeux de la série. En fait, dès que l’on connait le début de la saison 1, on connait la fin de la saison 2 (en surface) et ce, sans que ce soit une mauvaise chose car, le chemin parcouru est si fantastique et les retournements sont si impossible à prévoir que le voyage proposé est un parfait cocktail de tout ce que peuvent nous offrir les meilleures séries américaines, sans leurs inconvénients, et en réussissant à se renouveler un maximum.

cvip85

Kevin Spacey fait de véritables performances dans certains épisodes. C’est lui qui porte la série sur ses épaules.

Jouant sur le stéréotype des États Unis d’Amérique comme lieu de sobriété politique, des classiques problèmes liés à la puissance économique du pays et de l’organisation entre États, la confrontation entre démocrates et républicains et se permettant quelques allusions discrètes mais présentes sur l’histoire des USA, comme sur la présidence de Truman ou bien la guerre de sécession, House Of Cards marche sur le cadre narratif usé de l’oncle Sam et le réinvente : ne cherchant jamais à en faire trop sans pour autant limiter ses propos, la série nous montre l’envers du décor de la démocratie tout en assumant la véracité totalement fictive de son histoire. C’est probablement pour cette raison que l’actuel véritable président des États Unis d’Amérique Barack Obama ne se sent pas visé par la série (car exempté de toute morale et cela fait plaisir de voir cela dans l’univers des séries US) et affiche sur son compte twitter : « Tomorrow: @HouseOfCards. No spoilers, please. »

hoc_ps2_020_h.jpg

Si vous n’aimez pas les Etats Unis (déjà, vous êtes con), ne regardez pas cette série.

Il serait d’usage pour moi de vous rétorquer que Kevin Spacey est parfait pour son rôle, notamment car il s’agit de l’un de mes acteurs préférés (et que c’est lui qui m’a poussé à me lancer dans la série), mais surtout parce que c’est le cas. Sa composition précise pour le rôle de Frank Underwood est parfaite mais… C’est aussi le cas de tous les autres personnages ! De tous les autres acteurs ! Robin Wright est parfaite dans son rôle de Claire Underwood, Kate Mara est parfaite dans son rôle de Zoé Barnes et… Je ne vais pas énumérer tout le casting tout de même ! Ça me prendrait trop de temps. Pour vous dire quoi de plus ?

HOUSE OF CARDS

Robin Wright tient là l’un de ses meilleurs rôles.

Chaque épisode est plus étonnant que le précédant et agit comme une drogue, on en veut toujours plus. Les cliffhangers ne sont pas frustrants et donnent envie de voir la suite (j’entends par là qu’il n’y a pas de dégout de fin d’épisode comme dans certaines autres séries) et le sort des personnages n’est jamais défini à l’avance, c’est tout ce qu’il y a à savoir pour ne rien spoiler (ordre du Président des USA !).

cvip89

Kate Mara à moitié à poil, c’est pour vous remercier d’avoir lu mon article.

Alors si vous ne savez pas quelle série regarder, oubliez Breaking Bad, de toute façon c’est fini ! Oubliez Game of Trones, de toute façon vous n’y comprenez rien ! Regardez House Of Cards, une série réalisée avec talent, produite par une équipe confiante et jouée par des acteurs sensationnels !