Et si John Connor n’existait pas ?

Salut les internautes ! Aujourd’hui on va se permettre une petite review sur la saga Terminator.


Saga débutée en 1984 par James Cameron et encore inachevée aujourd’hui, Terminator raconte l’histoire du bad guy John Connor poursuivi par des organismes cybernétiques venus du futur appelés terminators, qui essayent de le tuer successivement avant sa naissance, pendant son adolescence et une dernière fois à l’âge adulte adulte car John Connor est le chef de la résistance pendant la guerre du futur qui oppose les hommes aux machines.

Vous devez à peu près vous re-situer car si lisez ceci je considère que vous avez non seulement déjà vu les films mais que vous les avez, j’espère, apprécié (ça signifie simplement que je ne vais pas me priver pour les spoilers).

cvip1

Arnold Schwarzenegger est un grand acteur dont j’apprécie la filmographie.

Terminator premier du nom est sorti en 1984.

Synopsis : Kyle Reese arrive du futur pour empêcher le meurtre de Sarah Connor par un T-800 arrivé lui aussi du futur, avant qu’elle n’enfante John Connor, leader de la résistance dans la guerre du futur qui oppose l’homme à la machine.

cvip2Si le film est excellent c’est par son scénario d’une brillante inventivité : Kyle Reese, homme du futur, découvre être le père de John Connor lors de sa mission. Savoir que le père va naitre après le fils est une brillante utilisation du voyage dans le temps, une boucle de causalité dans laquelle se rajoute un cyborg badass, un organisme cybernétique, un squelette robotique sous du tissus charnel.

Littéralement parlant ce n’est pas un cyborg mais un robot mais son aspect humain justifie cette qualification donc bon c’est pas très grave. Un robot badass donc, campé par Arnold Schwarzenegger qui finalement ne reste pas énormément à l’écran dans ce premier opus. Kyle Reese est un personnage intéressant car il n’est pas au courant d’être le père de John Connor avant d’être avec Sarah mais sait parfaitement qu’il a « traversé le temps pour [elle] ». C’est ce qui fait que c’est l’une de mes romances préférées de l’histoire du cinéma.

cvip3

Par contre j’ai quelque chose à redire sur ses flashbacks du futur – car j’ai toujours quelque chose à redire lorsque l’on parle de voyage dans le temps, puisque c’est l’une de mes grandes passions – : il nous montre à plusieurs reprises qu’il a participé à des combats sous l’autorité de John Connor… Donc John aurait pris le risque de le tuer et donc de s’effacer du temps ? Non, en réalité je pense que les scénaristes – James Cameron surtout – n’avaient pas prévu de scénario pour les suites… J’en reparlerai plus en détail avec avec Renaissance.

cvip6

Terminator 2 : Le jugement dernier est sorti en 1991.

Synopsis : 11 ans après les évènements du premier film, un second T-800 reprogrammé arrive du futur pour protéger John Connor encore enfant d’un T-1000 lui aussi arrivé du futur tandis que sa mère, Sarah Connor est internée dans un hôpital psychiatrique.

cvip8Toujours considéré comme le meilleur de la saga, Terminator 2 surprend par ses scènes d’actions d’anthologie, ses punchlines cultes (« Reste cool sac à merde… ») et ses effets spéciaux révolutionnaires.

Le film joue fortement sur l’inversion des personnages avec le premier opus, l’homme protecteur devient un T-800 protecteur, la femme chétive devient une femme badass et le T-800 à l’apparence froide est remplacé par le T-1000 qui est entièrement composé d’un poly-alliage mimétique qui lui permet de prendre l’apparence d’à peu près tout ce qu’il veut, ce qui lui donne une apparence plus rassurante, et le héros du futur calme et prudent qui s’avère être père malgré lui devient un adolescent hyperactif un peu insolent bien ancré dans son siècle.

La relation entre l’adolescent et le T-800 est intéressante car paradoxale, le robot qu’il haïra et qui le tuera dans le futur (ou plutôt son prédécesseur, souvenez-vous des dialogues du 3ème film) se comporte comme un père pour John.

MCDTERM EC067

En revanche, pour moi, la logique temporelle du film nécessitait forcement la réalisation d’une suite, je m’explique… Prenons seulement les éléments des 2 premiers films, si John Connor n’existait pas, le T-800 n’aurait pas été envoyé dans le passé pour tuer Sarah Connor, les travaux de cyberdyme n’aurait pas été calqués sur la micro-puce du T-800, donc les robots n’auraient pas étés créés, pas de soulèvement des machines, pas de jugement dernier, et donc aucun T-800 n’aurait été envoyé dans le passé pour tuer John Connor. Pas de John Connor pas de machine… Donc avec seulement 2 films, on ne peut pas dire que John Connor soit le héros de quoi que ce soit… Il faut donc un 3ème film pour changer ça.

cvip10

Terminator 3 : Le soulèvement des machines est sorti en 2003.

Synopsis : 9 ans après les évènements du second film et 20 ans après les évènements du 1er film, un T-850 (?) arrive du futur pour protéger John Connor devenu adulte et sa future femme Catherine Brewster du T-X tandis que le jugement dernier approche à très grand pas.

Contrairement aux deux premiers films, Terminator 3 n’a pas été réalisé par James Cameron mais par Jonathan Mostow. Étant donné ce petit détail nous aurions pu croire que la saga serait totalement réorientée pour ne plus ressembler à ce qui avait été fait et en fait non, Terminator 3 n’est pas si différent de ses prédécesseurs. Au contraire, il revient à sur les origines de la saga en faisant un parallèle habile avec le 1er opus, la mort du T-X fait référence à la mort du premier T-800, tout comme Sarah Connor, Catherine Brewster est une femme chétive embarquée dans une aventure à cause d’un futur plus qu’incertain et sait se montrer badass quand il est nécessaire de l’être, le T-850 a été retouché pour ressembler au modèle précédant (ce qui est confirmé dans les dialogues), John Connor ressemble plus que jamais à son père et la licence se parodie consciemment en faisant allusion à ce qui a fait le succès des premiers films.

cvip4

Bref Terminator 3 n’est très clairement pas de qualité inférieure aux deux premiers films contrairement à ce que l’on peut penser et qui est affirmé par certains. Je le défendrai corps et âme contre toutes les mauvaises langues. Après, je l’ai vu quand j’étais enfant, ce qui oriente probablement un peu mon jugement. Les dialogues sont excellents, voire même meilleurs que ceux des autres films, tout comme la narration, la scène de course-poursuite (quoique moins révolutionnaire pour l’époque) rivalise bien largement avec celle du second. Le T-X rivalise bien largement avec le T-1000 : les deux sont recouvert de liquide métallique mais le T-X garde son squelette métallique pour un bien meilleur corps à corps qui donne des scènes d’actions excellentes, les deux terminators combattants sont opposés en tous points, T-850 est un modèle obsolète tandis que le T-X est un terminator de terminator, le T-850 est un homme tandis le T- X est une femme. C’est une brillante recherche de renouvellement de la licence.

cvip11

D’autres choses nouvelles sont recherchées, le film se permet d’être ironique : alors que le jugement dernier a été reporté après les évènements du second film, Sarah Connor meurt d’une leucémie et, et ça c’est fort, c’est le T-850 qui a tué John Connor dans le futur qui est envoyé dans le passé. Nous avons une notion de prédestination pendant tout le film : la rencontre avec Kate la veille des événements survenus dans le second, le fait que le général soit le père de Kate et que le T-X tue ses généraux – ça constitue d’ailleurs la plus grande fautes du scénario selon moi – : peu importes ce qui est fait, John Connor doit vivre. Il est dit clairement que son destin est écrit, c’est lui qui doit mener le combat contre les machines dans le futur et c’est ce qu’il va faire. D’ailleurs pour survivre John met en oeuvre ce qu’il a appris avec le T-800 et ce qui lui a été transmis par son père tel que nous le rappelle cette phrase symbolique dans la saga, « monte si tu veux vivre ».

cvip12

Et surtout Terminator 3 résout le problème amené par le second : skynet prend le pouvoir sans avoir eu besoin de cyberdyme et de ce fait même si John Connor n’avait pas vécu les machines auraient pris le pouvoir. John Connor redevient donc bien le héros de l’histoire ! La boucle est bouclée. Bon c’est relativement bancal comme théorie mais, quand on parle de voyage dans le temps tout est bancal. Et pour ceux qui n’auraient toujours pas compris : arrêtez de dire que le jugement dernier était pour le 29 aout 1997 car c’est faux, le jugement dernier c’était pour 2004 ! Et je salue mes amis July Richard et Salim Meghiche, nés à cette date.

cvip13

Terminator 4 : Renaissance est sorti en 2009.

Synopsis : 14 ans après les évènements du troisième film, 23 ans après les évènements du second film et 32 ans après les évènements du premier film, le jugement dernier est arrivé, John Connor est devenu le leader de la résistance dans la guerre qui oppose l’homme à la machine.

Renaissance se passe dans le futur, comme ce que James Cameron avait envisagé avant le premier, c’est pourtant Joseph McGinty qui s’attelle cette fois-ci à la réalisation. Ce n’est très clairement pas le meilleur de la saga, mais j’ai tout de même quelques bons éléments à en retirer.

cvip14

John Connor & Kyle Reese

Le film joue comme le second avec l’inversion des personnages par rapport aux origines, notamment avec l’image du cyborg, contrairement aux T-800, robot sous du tissu charnel, nous avons là un véritable cyborg, un humain en partie robotisé (la définition réelle de cyborg je rappelle). De plus John Connor, qui avait jusqu’alors toujours refusé son destin, est cette fois-ci pleinement au courant des enjeux qu’il représente pour la résistance : il est devenu un véritable meneur d’homme. D’ailleurs, contrairement à ce que peut nous laisser penser le 1er film, John Connor ne se fiche pas de la mort de Kyle Reese, bien au contraire, il tente de le sauver (oui en même temps, c’est normal) ! Le troisième acte nous montre une relation paradoxale entre Kyle et John qui fait allusion au 1er film, Kyle est davantage un fils pour John. D’ailleurs, Renaissance, en nous montrant les T-800 comme les méchants et en réintroduisant Kyle, s’identifie pleinement au 1er film.

cvip15

Les effets spéciaux sont réussis mais j’aurais préféré que cela ressemble davantage aux flashbacks de Kyle dans le 1er, avec les lasers violets etc… Mais peu importe. (Note ajoutée en 2015 : ce sera désormais le cas dans le cinquième opus.) En revanche, je vais défendre ce film des haters et autres noëlistes qui gueulent que le personnage principal du film n’est pas vraiment John mais plus Marcus. Premièrement, on voit John comme un personnage suffisamment important pour le qualifier comme personnage principal, et secondement il est difficile de s’identifier et d’avoir peur pour le personnage puisque nous connaissons sa mort depuis déjà un épisode : nous savons que John Connor est mort abattu par un T-850 le 4 juillet 2032 tandis que l’histoire se passe en 2018 et que les T-800 sont à peine à leur première apparition. Au contraire, vouloir réintroduire d’autres personnages est une bonne idée et prouve que les scénarios des autres films sont respectés. D’ailleurs, le fait que Marcus se sacrifie à la fin du film (spoiler) est une bonne identification de la saga et montre qu’ils ont bien compris la base même des Terminators (excepté le premier) : un robot qui se sacrifie pour un humain (qui va tuer des robots). Bon d’accord le film n’est pas non plus le meilleur de la saga… Mais pour un épisode qui doit se doter d’autant de complexités, il remplit bien son rôle.

Bref j’attends avec impatience les prochains films de la saga, notamment Terminator : Genisys prévu pour 2015, réalisé par Alan Taylor et avec de nouveau Arnold Schwarzenegger. J’ai beaucoup d’attente sur les prochains films car Terminator n’est pas qu’une simple saga de films, c’est aussi une critique sur ce qui définit un être humain, son destin ou ses choix, c’est une critique sur la relation entre l’homme et la machine, et c’est encore bien plus.

Commentez cet article via votre profil Facebook !